Les personnes qui souffrent du complexe d’imposture sont convaincues qu’elles doivent leur succès au hasard, à la chance, aux autres, mais surtout pas à leurs compétences.
Elles sont persuadées d’être des imposteurs et vivent dans la crainte que leur incapacité soit découverte.

Le syndrome de l’imposteur touche 60 à 70% des personnes à un moment de leur vie.
Le terme a été inventé en 1978 par les psychologues Pauline Rose Clance et Suzanne AImes , professeurs à l’Université de Géorgie (USA)
Elles préfèrent maintenant parler d’« expérience » plutôt que de « syndrome ».

La crainte d’être démasquée conduit à 2 comportements :
– Un perfectionnisme excessif qui permet d’attribuer le succès à une grande quantité de travail plutôt qu’à des compétences réelles
– Une procrastination qui permet de justifier un éventuel échec. En cas de succès, la personne aura donc de bonnes raisons de l’imputer à la chance ou à l’aide d’autrui.

Ces deux stratégies renforcent le syndrome en plus d’occasionner une grande anxiété, un sentiment d’infériorité, une faible estime de soi qui conduira à un burn-out, une démission ou même un renvoi, les supérieurs étant déçus du potentiel non concrétisé.

Comment identifier et ainsi aider un « collaborateur imposteur » au sein de votre équipe de travail?

4 signes :
– Il attribue son succès à la chance et non à ses compétences
– Il remet à plus tard des décisions importantes pour que l’on ne se rende pas compte qu’il n’est pas à la hauteur
– Il reporte, annule ou trouve un remplaçant lors d’une prise de parole
– Il travaille de façon excessive

Il sera alors important de lui faire prendre le recul nécessaire et de le diriger vers quelqu’un de compétent pour l’aider.

J’ai posé la question à une coach professionnelle de ma connaissance afin d’avoir son avis sur la question. Je voulais offrir une piste de solution à ceux et celles qui reconnaissent ces signes en eux/elles et voudraient trouver des réponses.

Annie est propriétaire de nomade coaching et travaille dans le domaine du conseil en management depuis plus de 15 ans. Elle est Maître Praticienne en Programmation Neuro Linguistique (PNL) et a suivi un cursus universitaire en Gestion des Ressources Humaines. Elle oeuvre principalement en coaching managérial et en développement d’équipe pour soutenir la montée en croissance et le plaisir au travail.

Elle a su me démontrer, dans ses mots et avec passion, que toute personne a le pouvoir de changer ce qui ne lui convient pas, de s’améliorer et de s’épanouir au travail. Et que ce processus de transformation ne peut se faire qu’à condition que la personne éprouve l’envie de changer.

Pour Annie, ce qui importe n’est tant le «syndrome ou les symptômes de l’imposture» mais de déceler, derrière cet état ou les comportements qu’on lui attribuent, le pourquoi il existe chez une personne.

« L’un des principes de la Programmation Neuro Linguistique est que derrière tout comportement il y a une intention positive. Alors en aidant la personne à trouver en elle cette intention, elle va trouver aussi les moyens de transformer la situation limitante pour elle. Et elle va le faire avec ses propres normes, à son rythme et selon ses besoins.

Le coaching PNL peut faciliter cette recherche puisqu’il permet de détecter en chacun ses propres sources de motivation et ses leviers de changement. Chacun d’entre-nous utilise en effet des filtres pour envoyer et recevoir de l’information. Et ces filtres nous permettent de traiter et classer l’information selon notre personnalité, nos expériences vécues, nos valeurs, nos croyances, notre culture etc.

C’est pourquoi, quand on parle d’un syndrome et qu’on en généralise les symptômes, il est important de comprendre que le ressenti ou les comportements, même s’ils peuvent être perçus comme identiques, ne proviennent pas forcément de la même source chez une personne versus une autre.

Chacun.e agit et réagit selon ses propres critères et est seul.e de ce fait, à pouvoir modifier ses schémas de pensées et, par conséquent, à pouvoir agir sur ses comportements. Et en tant que coach, je suis celle qui va simplement guider la démarche et en sorte que chaque personne trouve plus rapidement ou facilement ce qui aide ou qui bloque dans son épanouissement. »

Merci à Annie d’avoir démystifié le “syndrome de l’imposteur” mis en lumière par cette journée de sensibilisation.
Je vous invite à visiter son site www.nomadecoaching.com.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *