Mercredi 4 avril 2018

Je vous écris de Roissy, terminal 2, debout dans une file qui longe les portes M45 à M43.
Après avoir admiré un coucher de soleil supplémentaire sponsorisé par Air France et avoir dû modifier mon retour et mes rendez-vous (‘désolée, suis bloquée au soleil par la grève’) et être obligée de faire un Dakar-Paris-Toronto-Montréal (alors que ce n’est pas le chemin le plus court pour rentrer, vous en conviendrez) me voilà à attendre pour une durée indéterminée que le ‘je-ne-sais-pas-quoi’ brisé dans l’avion soit réparé.
Je peux dire adieu à ma correspondance.
Je suis rodée aux péripéties de voyage, mais toujours à travers mon boss qui subissait, pendant qu’armée d’une bonne dose de patience (et de café si c’était tard dans la soirée), je gérais la logistique.
C’est à moi que ça arrive aujourd’hui et je suis contente de voyager organisée.

Voici quelques conseils pratiques, valables autant pour les voyageurs que pour leurs assistantes, ou les assistantes qui voyagent :

On prépare ses bagages
Le voyageur :
Se contenter d’un bagage cabine permet de gagner du temps à la descente de l’avion.
Si on ne peut pas voyager léger, on garde avec soi un sac avec le minimum vital (et des contenants de 100ml et moins), pour éviter d’arriver au meeting la chemise froissée ou en jean/pull sous 40 degrés si votre valise ne vous a pas suivie.
On garde son reçu bagage. En cas de perte, on communique avec la compagnie aérienne. Vous avez droit à un montant d’achat, même si vous rentrez chez vous. Aucune excuse pour ne pas se brosser les dents!
L’assistante :
Attention à l’adresse ou va être envoyée la valise une fois retrouvée, surtout si le prochain segment de voyage est effectué par une autre compagnie aérienne ou que Boss se déplace une fois à destination. Ce serait dommage que sa valise retourne à son domicile au lieu de le rejoindre.

On anticipe les imprévus
Le voyageur :
On s’enregistre le plus tôt possible pour choisir son siège.
Avant de partir pour l’aéroport (il faut compter une présence 3h avant pour les vols internationaux, 2h pour les nationaux), on vérifie l’horaire de son vol mais également celui de sa correspondance sur www.flightaware.com
L’assistante :
On ne planifie pas de rendez-vous qui risquent de retarder le départ vers l’aéroport.

Bon à savoir :
Si vous ne vous présentez pas à l’enregistrement (‘no show’), votre billet est annulé et vous ne serez pas remboursé. Par contre, réclamez le montant des différentes taxes (aéroport, sureté environnement…). Vous n’avez pas pris l’avion, ces taxes ne peuvent pas vous être exigées.

On a un dossier papier avec toutes les infos du voyage
Le voyageur :
Pas très 2018 ni écolo, mais très efficace en cas de plus de batterie ou de frais d’itinérance hors de prix et pas de wifi.
Suis la preuve vivante que l’on peut cumuler prises défectueuses au terminal et port USB inexistant dans un avion qui semble plus vieux que nous. Pas de batterie veut dire pas de carte d’embarquement à présenter sur son téléphone, pas de consultation de boite mail pour annuler la nuit d’hôtel (vu qu’on la passera dans l’avion) ou d’appel à l’assistante pour qu’elle s’en occupe
L’assistante :
On garde toujours sur soi une copie du dossier voyage avec toutes les infos nécessaires. Ça permet de gérer une situation quelque soit l’endroit ou on se trouve

On ne décolle pas à l’heure:

On garde son calme
Le voyageur :
Ça peut sembler évident mais je vous assure qu’il y a un moment, c’est plus que tentant d’expliquer le fond de sa pensée à l’hôtesse qui vous annonce qu’ils n’ont aucune idée de combien de temps il va falloir patienter (toute ressemblance avec l’infirmière au triage dans les hôpitaux québécois ne saurait être que fortuite haha)
D’abord parce que ça ne sert à rien de s’énerver et qu’elle n’est aucunement responsable du retard. Ensuite, si elle a la possibilité de favoriser quelqu’un, ce ne sera pas celui qui aura aboyé.
Inutile aussi de se venger sur les M&M’s, même si la semaine maillot est terminée, tout comme se défouler sur votre conjoint(e) ou votre assistante, ils n’y sont pour rien non plus.
L’assistante :
Ne pas prendre pour soi l’agacement de Boss, ce n’est pas après vous qu’il en a.
Il est fatigué, inquiet que son RDV ne soit pas honoré, rassurez-le, il peut compter sur vous.

On prend les devants
Et ça vaut pour les deux. Mieux vaut être pro-actifs que de remettre son sort entre les mains de la compagnie qui a des centaines de passagers à s’occuper. On choisit ses vols, on appelle la compagnie, on soumet, il y a de grandes chances que ce soit accepté. Attention cependant à choisir un vol de la même compagnie ou une compagnie partenaire. Si vous achetez un billet sur une autre compagnie, il ne sera pas remboursé.

On anticipe la réclamation
Le voyageur :
On garde précieusement tous les documents utiles : cartes d’embarquement, reçus d’achats.
L’assistante :
Rappeler à Boss de tout garder et réclamer un bon de voyage plutôt qu’un remboursement, c’est toujours plus avantageux.

Je vous souhaite un bon voyage!
N’hésitez pas à partager vos expériences et conseils

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *